Qui était Bill Reid?

Bill Reid : Son parcours

L’âge moyen

Photo: Bill Reid et Doug Cranmer sculptant un mât funéraire au Totem Park, UBC, 1961

Bill Reid et Doug Cranmer sculptant le panneau frontal d’un mât funéraire haïda
Totem Park, UBC
Vancouver, C.-B.
1961
UBC Historical Archives, UBC 3/3/1280

Photo: Mât funéraire motif de Squale sculpté par Bill Reid et Doug Cranmer au Totem Park, UBC, v. 1961

Dogfish Mortuary Pole
Sculpté avec son assistant Doug Cranmer (Kwakwaka’wakw)
Totem Park, UBC, Vancouver, C.-B.
v. 1961
Bois, polychrome
Collection du Musée d'anthropologie de UBC,
MOA #50032/b, 2115/4
Photo : Dr George MacDonald

1958-1962 : (de 38 à 42 ans)

En 1958, Bill Reid quitta la CBC pour accepter une invitation de Harry Hawthorn dans le but de recréer une section d’un village haïda sur le campus de UBC.

En 1962, avec son assistant Kwakwaka’wakw Douglas Cranmer, il acheva deux maisons et sept mâts héraldiques pour le projet du village haïda à UBC. Pendant ce temps, il fut brièvement marié à sa seconde femme, Ella Gunn.

1966-68: (de 46 48 ans)

En 1966, il exécuta une série de huit dessins pour le livre Raven’s Cry, par Christie Harris.

Reid fut invité à collaborer, à titre de commissaire-conseil autochtone, avec Wilson Duff, Bill Holm et Doris Shadbolt à « The Arts of the Raven », une importante exposition d’art de la côte du Nord-Ouest à la Vancouver Art Gallery, organisée en célébration du centenaire du Canada.

Chargé de la sélection du matériel, il fit la demande d’un coffre en bois cintré du 19e siècle dont il avait vu une illustration dans Primitive Art de Franz Boas (1927: 276, fig.287b). Ce coffre avait été peint par un artiste anonyme de grand talent. Il voulait examiner de près ce « travail magnifique, monumental et exaltant ». (Reid, 2000: 158). Quelques années plus tôt, il avait créé une petit coffret en argent avec couvercle et l’avait gravé avec les mêmes motifs (1964).

1968 : (à 48 ans)

Reid termina de sculpter le paravent en cèdre lamellé, appelé maintenant « The Farewell Screen », avant de quitter la Colombie-Britannique pour Londres en Angleterre muni d’une bourse de recherche du Conseil des arts du Canada pour étudier les collections des musées en Europe. Le paravent était une commande du BC Provincial Museum à Victoria.

Il travailla un certain temps à la Central School of Design, à Londres, pour perfectionner ses compétences d’orfèvre.

1969 : (à 49 ans)

Il s’installa à Montréal où il établit un atelier de bijouterie. Il acheva « The Milky Way », un collier en or et diamants qu’il avait conçu et commencé à Londres. Il demeura à Montréal pendant quatre ans.

Photo: Bill Reid avec le coffre en bois cintré « Master of the Black Field Nº 1 », artiste inconnu, 1967

Bill Reid avec le « Master of the Black Field No.1 », 1967
Œuvre montrée : Coffre en bois cintré (« Master of the Black Field No.1 »)
Artiste inconnu
v. 1865?
Acheté par George Emmons dans la région de la rivière Chilkat, Alaska, dans les années 1880
Cèdre rouge, polychrome
45 cm x 35 cm x 36 cm
American Museum of Natural History (19/1233)
Photo #433180 E91-5 25-179 avec la permission du journal The Province
Photo : Ross Kenward / The Province

Photo: Paravent en cèdre sculpté des deux côtés avec un motif de figures mythiques entrelacées créé par Bill Reid

Bill Reid
Paravent en cèdre sculpté
Connu aussi du nom « The Farewell Screen »
1968
Cèdre rouge, lamellé, sculpté sur les deux faces
2,1 m x 1,9 m x 14,6 cm
Motif de figures entrelacées
Collection du Royal BC Museum, Victoria
Image RBCM 16639 avec la permission du BC Museum

Page