Qui était Bill Reid?

Bill Reid : Son parcours

Introduction

Photo: Bill Reid sculptant le mât de Skidegate, 1976

Bill Reid sculptant le mât de Skidegate
Skidegate, Haida Gwaii
1976
Photo : Dr Martine Reid

Photo: Bill Reid à 1 an avec sa mère, 1921

Bill Reid et sa mère
Hyder, Alaska
1921
Succession Bill Reid

Photo: Portrait de Bill Reid v. 1972, photographe inconnu

Bill Reid
v. 1972
Photographe inconnu
Succession Bill Reid

Bill Reid est habituellement considéré comme un artiste autochtone canadien et, plus spécifiquement, un artiste haïda. Qu’est-ce que cela signifie vraiment? Comment pouvons-nous définir un artiste haïda? Est-ce un artiste qui est d’origine ancestrale haïda, ou un artiste qui crée des œuvres d’art dans le style haïda? Bill Reid était en fait ces deux types d’artiste.

William Ronald (Bill) Reid naquit en 1920 à Victoria, C.-B., d’une mère haïda, Sophie Gladstone Reid. Son père, William Ronald Reid, était natif du Michigan (États-Unis) de parents allemand et écossais et avait immigré sur la côte.

La mère de Sophie était originaire du village de Tanu, sur l’île Tanu, dans la partie méridionale de l’archipel de Haida Gwaii. Sophie naquit dans le village qui s’appelait alors Skidegate Mission à Haida Gwaii. À l’âge de 10 ans, elle fut placée à l’année dans un pensionnat anglican sur le continent où il lui était interdit de parler sa langue maternelle haïda et où elle avait appris à parler anglais et à coudre. Elle fut maîtresse d’anglais avant son mariage et parlait un excellent anglais.

Peu de temps après le mariage de William et Sophie, William Reid, qui tenait un hôtel à Smithers, dans le nord de la Colombie-Britannique, transféra son entreprise hôtelière à Hyder, en Alaska. Sophie s’installa à Victoria comme couturière et gagna sa vie en confectionnant des vêtements à la mode pour des familles bourgeoises de la ville. Pendant plusieurs années la famille fit le va-et-vient entre ces deux endroits.

Compte tenu des circonstances de son enfance, Bill Reid grandit principalement dans des communautés blanches. Il reçut son éducation dans diverses écoles en C.-B., où il acquit son goût pour la littérature, la poésie et la musique classique. Il ne fut pas élevé dans la culture haïda. Il fut éduqué par sa mère, qui avait grandi pendant une période de bouleversement intense pour les peuples autochtones. Elle avait assimilé et adopté les valeurs occidentales et éleva donc ses enfants comme des « Blancs ». De plus, selon la loi canadienne, elle avait perdu son statut « d’Indienne » en épousant un homme non autochtone.

Page