L'histoire incomplète

Adapter une histoire

L’artiste Michael Nicoll Yahgulanaas a contribué sa propre vision artistique et culturelle à l’histoire en créant l’animation pour « L’appel de Corbeau ». Comparez-la au texte original.

L'appel de Corbeau

Histoire originale

Bill Reid - 1996

Au Musée royal de l’Ontario (ROM), à Toronto, est exposé un mât héraldique sculpté. Ce mât provient de Tanu, un village haïda situé au sud de l’archipel de Moresby, à Haida Gwaii (les îles de la Reine-Charlotte). Les blasons figurant sur le mât sont, de haut en bas : un Hibou (grand duc d’Amérique), trois Vigiles, un Corbeau, un Cormoran, un Épaulard, et un Castor.

Un couple de corbeaux se trouvait dans le village déserté de Tanu, mais pas n’importe quels corbeaux. Il s’agissait de ces grands Corbeaux comme ceux qui ont toujours influencé la destinée de Haida Gwaii et dont la forme même pouvait se transformer, en un frémissement à peine visible, de l’ombre suspendue d’une étoile à celle d’un petit homme déformé, cherchant, comme ils l’ont toujours fait, quelque chose à manger. Ayant été séparés momentanément pendant leur quête de nourriture, l’un des Corbeaux entendit soudainement un coup de fusil strident et fort, qui, à son oreille exercée, annonçait de façon indubitable un repas. Ses grandes ailes, galvanisées en descente, le dirigèrent vers la source du coup de fusil tandis que son appel, d’une intensité extrême, déchira l’air en vue d’informer son compagnon de la perspective d’un repas.

En effet, là sur la plage gisait la carcasse luisante et ensanglantée d’un chevreuil de deux ans.

L’appel fut saisi au passage par le vent de l’Ouest qui l’emporta dans les airs à travers tout le Canada, jusqu’au ROM, et parvint à atteindre le Corbeau sculpté sur le mât. Tout à coup, tous les personnages représentés sur le mât s’animèrent d’un nouveau souffle de vie : les oiseaux secouèrent leurs plumes tout en étirant leurs ailes, les queues des mammifères se mirent à tapoter, tous se libérant de leur longue immobilité de momie empoussiérée. Soudainement, par un rare consensus silencieux, toutes les créatures, animées du même désir de rentrer chez elles, descendirent du mât les unes après les autres pour sortir du musée par la porte d’entrée, au moment même où le guide escortait les derniers visiteurs vers la sortie.

Chaque personnage emprunta son itinéraire propre et utilisa son propre moyen de locomotion : le Hibou mystérieux choisit de voler pendant la nuit; les Vigiles empruntèrent des moyens de transport modernes de leur choix; le Cormoran survola les lacs et océans, rencontrant parfois l’Épaulard; le Castor suivit le réseau des rivières. Le Corbeau ayant le pouvoir de se transformer à sa guise, réserve bien des surprises pour ce qui est de son moyen de se rendre à l’Ouest. Leur long voyage, riche en aventures multiples, se termina à Tanu, et plus précisément à l’endroit même où ils se tenaient dans le passé. Ils grimpèrent alors les uns au-dessus des autres encore une fois, recréant le mât de façade de la maison qu’ils formaient autrefois.

Mais le village est déserté, en ruine, et recouvert d’une épaisse couche de mousse délicate. Que s’est-il passé?

Du haut du mât, leur vision était limitée à la vue panoramique de la mer. Ils décidèrent alors d’en descendre afin d’explorer Haida Gwaii et de découvrir ce qui s’était passé. Ils découvrirent alors que les choses étaient pires que ce qu’ils avaient imaginé : tant de villages désertés tout autour; plus aucune noble maison, seulement de petites habitations importées; plus de grandes pirogues, mais de petits véhicules bruyants se déplaçant dans un nuage de fumée chimique; plus d’activité fébrile sur la plage avec des hommes construisant des pirogues selon la méthode traditionnelle, construisant des maisons avec des madriers massifs et sculptant des mâts héraldiques; aucune femme nettoyant et fumant le poisson ou faisant la collecte des palourdes, récoltant des baies sauvages et tissant des nattes; aucun enfant jouant sur la plage et observant. Ils entendirent parler de drogues, d’alcoolisme et de suicide.

Il n’est pas dit à ce point si les personnages vont retourner au ROM et reprendre leur place, juste avant que le guide ne ferme la porte, ou s’ils auront espoir d’un meilleur monde à Haida Gwaii. Toutefois, comme toujours, le héros de notre histoire est l’incontournable Corbeau, celui qui fait bouger les choses. Nous comptons sur lui pour le dénouement.?

Histoire dictée par Bill Reid à Dr Martine Reid et reproduite avec sa permission dans Bill Reid par Doris Shadbolt, 1998: 190-91.

Photo: Bill Reid, v. 1972

Bill Reid, v. 1972

“Bill aimait beaucoup cette histoire. Les personnages ne sont pas n’importe lesquels. Le Corbeau, en particulier, est un héros culturel mythique – un filou qui aime jouer des tours – et en ce faisant change la destinée du monde. Ici, dans cette histoire, son appel résonne dans la conscience des autres personnages les obligeant à s’éveiller. Ce sera à eux de décider de leur propre destinée.”

Dr Martine Reid
Vancouver, C.-B., 2009

Scénario adapté pour l'animation

Michael Nicoll Yahgulanaas - 2008

Un grand voilier traverse le détroit d’Hécate sur une ancienne carte indiquant Haida Gwaii. Le voilier arrive pendant la nuit au village de Tanu.

La pleine lune illumine Tanu. Le village est très calme.

Narrateur : « Voici l’histoire de L’Appel de Corbeau et d’un ancien mât héraldique d’un village à Haida Gwaii. »

Plan serré du mât héraldique. Deux hommes en chapeaux haut-de-forme avec une scie à bûches sont en train de le couper.

Narrateur : « Depuis plus de 100 ans, le mât observait les allées et venues, les joies et les chagrins de ce village. »

Un corbeau perché au haut du mât sonne l’alarme. Nous reculons pour voir le village en entier au clair de la lune avec les deux hommes qui scient le bas du mât.

Narrateur : « Autrefois, un groupe d’étrangers est venu au village tranquille et a emporté le mât héraldique. »

Le mât tombe à la renverse alors que le corbeau s’envole et laisse apparaître la pleine lune.

Narrateur : « Bien que les années aient passées, certaines choses sont restées les mêmes. »

Deux corbeaux jouent sur la souche du mât. Puis un corbeau pousse un croassement retentissant. Le croassement fait vibrer l’air alors qu’il traverse le détroit d’Hécate et voyage rapidement à l’autre bout du Canada.

Son : « Croaaaaa! »

EXT. JOUR/ Un musée générique

Un plan demi-ensemble panoramique dans une porte de verre devant laquelle un gardien se tient debout.

Narrateur : « Puis un jour, dans un musée lointain à l’autre bout du pays... »

À l’intérieur, nous voyons le mât héraldique de Tanu alors que la caméra panoramique vers lui. Il semble que des chocs électriques le traversent alors que l’œil de la figure tout en haut commence à cligner.

Le gardien du musée parle sur sa radio tandis qu’un mouvement d’air provenant des portes derrière lui fait vibrer l’air dans le musée.

Un grand coup de vent fait claquer la porte ce qui fait sursauter le gardien. Le mât héraldique derrière lui a maintenant disparu.

FONDU AU NOIR

EXT. NUIT NOIRE

Nous apercevons un silo à grains alors que le train défile à toute vitesse en mugissant.

Plan serré du train. La caméra panoramique d’un bout à l’autre des fenêtres.

Narrateur : « Les choses avaient évidemment un peu changé au fil du temps. »

Nous voyons le Gardien qui joue aux cartes avec Cormoran. Cormoran se déplace dans l’animation pour : Aller pêcher!

Son : Grondement de roues.

Dans le compartiment suivant gros Épaulard est assoupi appuyé contre la fenêtre du wagon. Il ronfle. Nous voyons Hibou écrasé contre la vitre par Épaulard endormi.

Le sifflet du train est activé. Recul pour voir le train grimper les montagnes. L’aube approche.

Annonce publique du train : « Attention passagers! Notre prochain et dernier arrêt est Prince Rupert. »

La caméra panoramique vers la gauche pour montrer la silhouette d’un traversier sur l’océan.

Annonce publique du traversier : « Nous allons arriver à Skidegate sous peu. »

EXT. HAIDA GWAII AUBE

La caméra fait un panoramique pour montrer la silhouette d’une camionnette arrivant au village. Un corbeau est posé au sommet d’un des mâts héraldiques du village. Le ciel s’éclaircit.

En avant-plan en bas à gauche, nous voyons un groupe d’épaulards qui nagent et bondissent dans l’océan.

Son : moteur hors-bord.

En avant-plan en haut à droite, un bateau avance à toute vitesse, le Haida Gwaii Watch Nº 1. Il finit par traverser l’image laissant apparaître Tanu.

Corbeau s’envole vers Tanu, tous les autres membres du mât héraldique tiennent bon.

Plan de demi-ensemble

Nos personnages atterrissent avec un bruit sourd à Tanu, tombant d’abord les uns sur les autres en formation de mât, puis retombent en culbutant sous l’impact de l’atterrissage.

Narrateur : « Allons, allons. Chacun prend sa place. Arrêtez vos pitreries! » ordonne Gardien.

« Je crois que je vais aller nager un bon moment, » dit Épaulard.

« As-tu vu ce bateau ? » demande Cormoran. « Ça a l’air amusant ! »

« Attendez un moment, » s’exclame Gardien. « Notre travail c’est d’être un mât héraldique. Ce n’est pas tout le monde qui est chargé d’assumer la garde de notre patrimoine et de nos traditions. »

« Sans oublier que nous avons bonne allure » ajoute Hibou. « J’aime ça quand les gens m’admirent. Je veux retourner au musée. »

« Nous sommes très beaux ici même, » conteste Gardien.

« C’était superbe de diriger le train, » objecte Castor. « Je ne veux pas me retrouver coincé à soutenir en l’air le postérieur d’un autre. Je retourne sur le train! »

Tout au long de cet épisode, on voit les personnages se chamailler comme décrit.

Narrateur : « La discussion devient de plus en plus échauffée... jusqu’à ce que... »

Son : « CROAAAAA! »

Nous voyons Corbeau en avant-plan sur une branche d’arbre. Il ouvre ses ailes et vient se poser sur la souche où se trouvait autrefois le mât héraldique.

Narrateur (en tant que Corbeau) : « Hé! Nous pouvons résoudre cette situation! »

La souche et Corbeau deviennent un point d’interrogation géant alors que se termine l’histoire.

Photo: Michael Nicholl Yahgulanaas, 2008

“Cette histoire est proche de celle qu’a connue Bill, à savoir sa quête pour une place chevauchant deux lignages culturels. C’est facile pour des gars comme nous de revendiquer un lien de parenté aux patrimoines haida et canadien. Les défis se présentent relativement clairement, et il y a toujours des rappels périodiques de la part des organismes officiels fédéraux ou provinciaux au cas où nous deviendrions trop sûrs de nous. Malheureux sont ceux qui, avant même d’avoir à confronter leur défi, doivent d’abord l’identifier.”

Michael Nicoll Yahgulanaas
Vancouver, C.-B., 2009

Haut de la page