L'histoire incomplète

« L’appel de Corbeau » est une courte histoire écrite par l’artiste Bill Reid en 1996. Délibérément, il a laissé la fin en suspens. L’histoire n’est pas résolue. En 2008, l’artiste haïda Michael Nicoll Yahgulanaas adapta l’histoire sous forme d’animation dans son style personnel « manga haïda ». Lui aussi laissa l’histoire irrésolue.

Capture d'écran de l'animation : Un grand voilier traverse le détroit d'Hécate sous une pleine lune en route pour Tanu

Capture d'écran de l'animation : Deux hommes portant des chapeaux haut  de forme coupent un ancien mât de Tanu à l'aide d'une scie suédoise

Capture d'écran de l'animation : Corbeau s’envole vers le village, tous les autres personnages du mât s’accrochent à lui

Flash Player 10 et Javascript sont requis pour voir la vidéo. La transcription est ci-dessous.

L'appel de Corbeau: script de l’animation


EXTÉRIEUR NUIT - Tanu

Plan d’ambiance. La pleine lune illumine le village de Tanu que l’on voit dans son ensemble. Le village est très calme.

Narrateur : « Voici l’histoire : « L’appel de Corbeau et le vieux mât héraldique », elle se passe à Tanu, un petit village de Haida Gwaii. »

Plan moyen d’une maison et du mât héraldique. Deux jambes sombres traversent rapidement le cadre.

Narrateur : « Pendant plus de 100 ans, le mât a observé les allées et venues, les joies et les peines, toute la vie du petit village. »

Plan moyen de la partie inférieure du mât. Deux ombres entrent dans le champ en se faufilant. Leurs yeux sont presque incandescents par contraste avec la noirceur de leurs corps et de leurs chapeaux haut de forme, sous le clair de lune.

Narrateur : « Mais un jour, un groupe d’étrangers est arrivé dans le paisible village et a emporté le mât. »

Les hommes commencent à osciller alors qu’on entend le bruit d’une scie qui coupe du bois. La caméra remonte lentement le long du mât jusqu’à son sommet. Le bruit de la scie s’arrête et le mât tombe en avant, laissant apparaître la pleine lune.

La pleine lune se transforme en soleil.

Plan d’ensemble. Tanu est envahi d’herbe haute, d’arbres matures et d’épais tapis de mousse.

Narrateur : « Les années ont passé… mais certaines choses n’ont pas changé. »

Deux grands corbeaux jouent. Puis, l’un d’eux pousse un croassement retentissant. Le croassement fait vibrer l’air, alors qu’il traverse le détroit d’Hécate et le Canada d’un bout à l’autre.

INTÉRIEUR JOUR - MUSÉE

Plan moyen, panoramique horizontal le long d’une porte de verre où un gardien s’apprête à tourner la pancarte de Ouvert à Fermé. On voit le mât de Tanu, en arrière-plan. Travelling avant.

Narrateur : « Puis, un jour, dans un musée à l’autre bout du pays… »

Des gens sortent du cadre sur la gauche.

L’air vibre.

Plan rapproché sur la sculpture de Corbeau, sur le mât. Les yeux de Corbeau clignotent, son oreille remue, ses plumes bruissent et il réveille les autres personnages.

EXTÉRIEUR JOUR - MUSÉE

Le gardien tourne la pancarte de Ouvert à Fermé. Une forte rafale de vent ouvre la porte avec fracas et fait sursauter le gardien. Le mât derrière le gardien a maintenant disparu.

FONDU AU NOIR

EXTÉRIEUR NUIT NOIRE

Plan d’ensemble. Un faisceau de lumière traverse le cadre depuis la droite et s’élargit en allant vers la gauche. On aperçoit rapidement un silo à grains alors que le train passe en mugissant.

Plan rapproché du train. Dans la locomotive, la face souriante de Castor portant une casquette de mécanicien. Castor fait retentir le sifflet de la locomotive. Panoramique horizontal le long des vitres. On voit la silhouette de Corbeau assis tout seul, sirotant un soda et mangeant des croustilles. On voit le vigile et Cormoran jouant aux cartes. Cormoran se déplace pour piocher une carte.

Le chef du train marche dans le couloir.

Derrière les joueurs de cartes, gros Épaulard est assoupi, appuyé contre la fenêtre du wagon. Il ronfle. (Son ronflement ressemble au cri des baleines.)

Panoramique horizontal de l’extérieur du wagon le long de la fenêtre. On voit Épaulard endormi qui écrase Hibou contre la vitre.

Le sifflement du train se transforme pour devenir la sirène d’un gros bateau.

Le store de la fenêtre est tiré . . .

EXTÉRIEUR PETIT MATIN - HAIDA GWAII

. . . les stores s’ouvrent soudain. Panoramique horizontal vers l’extérieur, montrant que nos héros sont maintenant sur le traversier qui les mène à Haida Gwaii.

Le soleil se lève et se reflète sur les fenêtres du traversier. Il brille si fort qu’il emplit le cadre.

On voit, en plan d’ensemble, un mât en train d’être érigé.

Narrateur : « De toute évidence, les choses avaient un petit peu changé au cours des années. »

En avant-plan, en bas à gauche, on voit un groupe d’épaulards qui nagent et sautent dans l’océan.

En avant-plan en haut à droite, un bateau avance à toute vitesse, le Haida Gwaii Watch Nº 1. Il finit par traverser le cadre, laissant apparaître Tanu.

Corbeau s’envole vers le village, tous les autres personnages du mât s’accrochent à lui.

Plan moyen.

Ils atterrissent à Tanu avec un bruit sourd, tombant d’abord les uns sur les autres en formation de mât, puis rebondissant en tout sens, sous l’impact de l’atterrissage.

Narrateur : « Attention! Attention! Prochain arrêt et terminus Prince Rupert. Nous allons bientôt arriver au port Skidegate.
Narrateur : « Allons, allons. Que chacun reprenne sa place. Arrêtez vos pitreries! » ordonne le vigile. 

« Je crois que je vais aller nager un bon moment, » dit Épaulard. 

« Avez-vous vu ce bateau ? » demande Cormoran. « Ça a l’air plutôt amusant! » 

« Attendez une minute, » s’exclame le vigile. « Notre travail, c’est d’être un mât héraldique. Ce n’est pas donné à tout le monde d’assumer la garde de notre patrimoine et de nos traditions. Nous sommes très importants! » 

« Sans oublier que nous avons belle allure » ajoute Hibou. « J’aime ça, moi, quand les gens m’admirent. Je veux retourner au musée. » 

« Nous sommes très beaux ici » conteste le vigile. 

« C’était formidable de conduire le train, » objecte Castor. « Je ne veux plus être coincé à soutenir le postérieur de quelqu’un d’autre dans les airs. Je retourne au train ! » 

Pendant cette scène, on voit les personnages se disputer. On voit Corbeau qui observe la dispute, tournant la tête d’un côté puis de l’autre, chaque personnage exprimant son opinion. 

Narrateur : « La dispute s’enflamma ... »

PLAN RAPPROCHÉ

On voit Corbeau en avant-plan, réfléchissant, alors que les autres gesticulent et ronchonnent en arrière-plan.

Narrateur :  « ... jusqu’à ce que ... »

PLAN RAPPROCHÉ

Corbeau lève la tête et ouvre son bec.

Plan figé sur Corbeau le bec ouvert. (Le Corbeau est noir sur fond gris foncé.) Corbeau tourne la tête et fait un clin d’œil.

Narrateur (incarnant Corbeau) : « Hé! On peut trouver une solution! »

Comment l'histoire peut-elle se terminer?

Les personnages retourneront-ils au Musée? Resteront-ils à Haida Gwaii? Quels sont leurs choix?

Parcourez tous les dénouements

Il y a plusieurs façons de terminer cette histoire. Regardez les dénouements que d’autres ont soumis.

Soumettez votre propre dénouement

Bill Reid estimait que l’histoire avait probablement de nombreux dénouements possibles chacun aussi différent que le sont les personnes qui les suggèrent. Créez votre propre dénouement et partagez-le avec les autres.

Adapter une histoire

On a invité le célèbre artiste Michael Nicoll Yahgulanaas à adapter dans son style personnel d’animation « manga haïda » la courte histoire « L’appel de Corbeau » de Bill Reid. Ce faisant, il a modifié l’histoire pour qu’elle reflète sa propre vision artistique et culturelle. Comparez la version écrite de l’histoire originale et son adaptation, l’une à côté de l’autre.

En salle de classe

Explorez les concepts de l’identité et de l’appartenance avec votre classe en utilisant les plans de leçon de 4e année et de 9e année en sciences humaines et arts visuels, et le guide pour tous les âges sur l’utilisation de l’histoire et de l’animation « L’appel de Corbeau ».