L'art de Bill Reid

Un voyage guidé

Faites une visite guidée de la carrière artistique de Bill Reid dans ces trois essais illustrés de Dr Martine Reid.

Pré-Haïda 1948-1951

Par Dr Martine Reid, ethnologue, auteure, commissaire d'expositions

Photo: Bill Reid âgé de 3 ans avec son grand-père Charles Gladstone, v. 1923

Bill Reid, âgé de 3 ans, avec Charles Gladstone (1878-1954), son grand-père
Skidegate, Haida Gwaii, v. 1923
© Succession Bill Reid

Jeune homme de 28 ans et insatisfait de son métier d’annonceur à la radio, Bill Reid décide de s’inscrire à un cours de bijouterie et d’orfèvrerie au Ryerson Institute of Technology, à Toronto. Son désir est de fabriquer des bijoux comme son grand-père haïda, Charles Gladstone.

À Ryerson, il apprend la fabrication traditionnelle de bijoux – un ancien métier difficile et exigeant. Il apprend que pour maîtriser le métier il doit avoir des compétences techniques, de l'imagination, être créatif et capable de visualiser les objets en trois dimensions.

Il trouve son inspiration dans des revues comme California Arts and Architecture et Craft Horizons, où il découvre des exemples de bijoux modernes et de design industriel provenant de Scandinavie et des États-Unis.

Après deux ans d’études à Ryerson, il fait un stage d’apprentissage dans un atelier de platine et de diamant pendant un an et demi.

Durant son apprentissage, Reid apprend à construire son propre établi, puis à fabriquer et affûter ses propres outils. Il maîtrise les nombreuses techniques nécessaires au métier de bijoutier, telles que la soudure, le perçage, l’estampage et l’emboutissage, le ciselure et la gravure, l’étirage et le laminage, le découpage et le formage, le limage et le pliage, le burinage et l’ébarbage, le sertissage, le tournage et le polissage.

VIDÉO: Bill Reid à son établi, exécutant la technique du repoussé sur un bracelet en or (2:24, v. 1986) (en anglais)
Avec la permission de la Canadian Broadcasting Corporation, CBC Archives

Flash Player 10 et Javascript sont requis pour voir la vidéo. La transcription est ci-dessous.

Transcription

La plupart du temps Bill Reid travaillait avec de l’or de 22 carats – un alliage d’or et de cuivre dont la couleur et la douceur sont, d’après lui, « exactement ce qu’il faut ».

Une fois qu’il a plié et courbé le morceau d’or comme il le souhaite, il peut commencer à donner au motif son caractère tridimensionnel. Il le fait en utilisant une technique appelée la technique du repoussé.

Tout d’abord, la plaque d’or est fermement appliquée sur un lit fait d’une substance résineuse. Cela permet de garder la plaque d’or en place et de lui donner un support à la fois suffisamment ferme et mou pour permettre à la surface intérieure de la plaque d’or d’être indentée sous l’effet d’une pression.

Le martelage sur ce côté pousse des parties de la figure, de sorte qu’elles sont en relief sur la surface extérieure du bracelet. Et ensuite, le martelage de l’autre côté repousse vers l’intérieur des parties de ce motif en relief. Pousser et repousser – d’où le nom de la technique : technique du repoussé.

Une fois tout ce travail terminé, l’objet est magnifique.

Il a acquis une grande compétence dans la création de bijoux en fil d’or et en repoussé. Dans la technique du repoussé, une surface est ornée de motifs en relief martelés à la main sur le revers de la pièce. De plus grande importance encore, au fur et à mesure qu’il a développé et consolidé sa coordination œil-main, il a appris des procédés et des processus, résolu des problèmes d’espace et de design et exploré le concept de pièces articulées et mobiles.

Il apprend à matriêser parfaitement les techniques du filigrane et du repoussé. La technique du repoussé consiste à marteler le métal par l’envers afin d’obtenir un motif en relief. De plus, alors qu’il développe et perfectionne sa coordination œil-main, il apprend les procédés et processus, résout les problèmes d’espace et de design et expérimente avec le concept de pièces mobiles articulées.

Page